Mon e-liquide nicotiné peut-il réellement lutter contre le coronavirus ?

21/05/2021
Eliquide

La cigarette électronique n’a pas fait que bouleverser le monde du tabac traditionnel. Elle est en train de révolutionner bien d’autres aspects thérapeutiques. Récemment, certains spécialistes tentent de faire le lien entre elle et la Covid-19. De nombreux blogs de vapoteurs relayent l’idée selon laquelle les eliquides avec nicotine peuvent lutter contre le coronavirus. Découvrez ce qu’il en est dans cet article.

Coronavirus et Vapoteurs

Des études menées par certaines structures révèlent un faible taux de présence de vapoteurs dans le rang des personnes infectées. En effet, un sondage a été lancé par les associations AIDUCE, SOVAPE et PARIS SANS TABAC. À l’issue de ce sondage, les données de 9 824 personnes ont pu être traitées. Dans ce nombre, figurent 4 315 vapoteurs exclusifs. Le traitement des données révèle que seulement 2,8% d’entre ces derniers ont une suspicion de contamination par le coronavirus. Cette proportion de suspicion de contamination est similaire aux 2,5% notée dans la population générale sondée.

C’est dire que les vapoteurs aussi doivent s’approprier les mêmes mesures d’hygiène nécessaires pour éviter tout risque.

Bon, mais si ce n’est pas indiqué pour lutter contre une pandémie, la vape est au moins bien plus saine que le tabac !

Effet de la nicotine sur le corps

La nicotine est une substance qui a été découvert en 1809. Elle n’est pas que présente dans les feuilles de tabac. Elle l’est également dans certains légumes comme la tomate et la pomme de terre. Généralement il est admis que la nicotine constitue une substance psychotrope pour le cerveau. En effet, elle stimule ce dernier en augmentant la libération de dopamine. Cependant, même si sa consommation en grande quantité est dangereuse, sa consommation à faible quantité fait naître des phénomènes de tolérance.

À faible dose, la nicotine fait libérer les hormones comme la vasopressine, la sérotonine, bêta-endorphine, l’adrénaline, la dopamine,…etc. La bêta-endorphine est connue pour lutter contre le stress. De même, elle procure la joie grâce à son effet euphorisant. Il agit aussi comme un antidouleur. Cette dernière fonction se retrouve également chez la sérotonine qui de surcroît permet de lutter contre l’anxiété. La dopamine, quant à elle, a un effet sur la motivation.

Ce n’est qu’en surdose ou en overdose que la nicotine devient dangereuse pour le corps humain car elle peut entraîner une faiblesse générale. De la même façon, des douleurs abdominales, des palpitations, des nausées, des céphalées et des insomnies peuvent être causées par elle.

Des vertus protectrices de la nicotine contre le coronavirus à prouver

Pour le moment, il existe trop peu de données scientifiques sur la question des vertus  de la nicotine contre la COVID-19. Cela suppose, toutefois, que quelques études ont été déjà réalisées sur la question. Ces dernières sont effectuées en Chine et par le CDC aux Etats-Unis. Les résultats obtenus laissent envisager la possibilité d’une action de la nicotine contre le coronavirus. En effet, il est noté qu’il y a moins de cas de personnes atteintes par le virus dans le rang de ceux qui utilisent des produits à base de nicotine.

Pour les auteurs des études, le mécanisme d’une telle protection serait lié à la régulation des récepteurs ACE2 aidée par la nicotine. Ces derniers seraient capables de diminuer le syndrome inflammatoire et de protéger l’organisme contre les attaques extérieures de type COVID-19. Il convient toutefois de souligner que les résultats ne sont pas définitifs et nécessitent d’être confirmés par des études ultérieures. Mais quand on sait aussi que le stress affaiblit l’immunité et que la nicotine stimule la production de bêta-endorphine qui lutte contre le stress, on est en droit d’être optimiste.

Que retenir ? La nicotine possède des vertus protectrices pour notre organisme contre certains virus. Cela ne veut toutefois pas signifier formellement que la nicotine permet de lutter contre la Covid-19. L’idée d’une telle possibilité émerge néanmoins et reste à prouver.