L’OMS et la cigarette électronique — quelle est la position de l’organisation mondiale de la santé sur le vapotage ?

24/05/2021
OMS

Apparue depuis les années 2000, la cigarette électronique est présentée comme étant un meilleur moyen de sevrage au tabagisme classique. Les risques de toxicité sont réduits. Pour beaucoup d’utilisateurs, la e-cigarette diminue le nombre de fumeurs de tabac. L’organisation mondiale de la santé partage-t-elle cet avis ?

Le vapotage : définition et composition des e-cigarettes

Le vapotage ou utilisation des cigarettes électroniques est une nouvelle méthode de fumage. Il consiste à inhaler de la vapeur d’un liquide chauffé à haute température dans une e-cigarette. Cette dernière est dépourvue de toutes les substances hautement cancérigènes du tabac classique.

 Mais elle contient une minime quantité de nicotine. Raison pour laquelle le vapotage comporte moins de risque que le tabagisme. De plus, le liquide dispose de substances aromatisées qui rendent l’atmosphère du fumeur moins désagréable. Cependant, l’organisation mondiale de la santé (OMS) reste prudente et émet un véritable doute sur le bien-fondé des cigarettes électroniques. 

Position de l’OMS

Depuis 2019, l’OMS a exprimé son désaccord face à l’ampleur que prend le vapotage. L’organisation l’a réaffirmé en 2020 à travers un rapport publié dans lequel 4 pages sont dédiées au vapotage. En résumé, il faut retenir que les cigarettes électroniques sont incontestablement nocives pour la santé. Les risques d’irritation des voies respiratoires, de la gorge et des yeux, ou encore le risque d’effets cardiovasculaires ne sont pas négligeables. Pour l’organisation, le vapotage n’est pas un moyen de sevrage au tabac. 

Le manque d’informations précises sur la composition des e-cigarettes et de leurs effets entretient la polémique. C’est ce que stipule le Pr Loïc Josseran, président de l’Alliance contre le tabac en affirmant que : << on ne connaît pas leur composition dans le détail, on ne sait pas ce que les gens inhalent : il y a trop de références disponibles sur le marché et pas de normes >>. 

La principale inquiétude de l’organisation mondiale de la santé va à l’endroit des adolescents. Si le vapotage réduit le nombre de tabagiques, la proportion d’adolescents qui s’adonnent à la cigarette électronique ne cesse d’augmenter. Or, dans le rapport de 2020, il est notifié que, la nicotine, principale composante de ces cigarettes est néfaste pour un cerveau en développement. C’est le cas des jeunes adolescents de moins de 25 ans et tout d’abord des fœtus. La e-cigarette n’est donc pas une alternative pour les femmes enceintes. 

En dépit de la faible contenance en nicotine des e-cigarettes, le vapotage est dangereux pour la santé. Cependant, force est de constater qu’il y a eu des innovations pour réduire la nocivité de la cigarette électronique. L’OMS renchérit en insistant à une réglementation stricte sur les e-cigarettes voire l’interdiction de leur utilisation.